太上感应篇

Tai Shang Gan Ying Pian


Le 太上感应篇 – Tai Shang Gan Ying Pian en Chinois – est un texte sacré taoïste signifiant le « Traité des récompenses et des peines ».

Étant très peu connu en France, je me permets de le partager avec vous ici. J’ai ajouté la préface de l’Empereur, souhaitant soulignerl’importance des livres propres à promouvoir la vertu. Vous pouvez retrouver le texte en trois langues en cliquant sur les liens ci-dessous.

Version française

Version anglaise

Version chinoise


PRÉFACE DE L’EMPEREUR

J’ai considéré que la loi céleste étant essentiellement bonne, il ne s’agissait que de la faire connaître parfaitement bien à mes peuples, pour que, parmi les vivants, chacun se livrât à la vertu. Car s’il y a quelqu’un qui ne soit pas vertueux, on peut dire que ballotté en lui-même par mille passions désordonnées, souillé au-dehors par une conduite honteuse, c’est un homme qui n’a pas su conserver le cœur pur que lui avait donné la nature et qui est en révolte contre le Ciel. S’il avait conservé son cœur pur, sa manière d’agir serait bien différente.

C’est de la connaissance que le Ciel suprême a de nous et de l’examen approfondi qu’il fait de notre cœur, que dépendent les calamités et le bonheur qu’il nous envoie. En nous envoyant du bonheur, il rend manifeste la protection qu’il accorde aux bons. En trompant les méchants dans leurs espérances et faisant descendre sur eux un déluge inévitable de malheurs, il avertit clairement nos peuples d’ici-bas de corriger leurs vices et de rentrer dans la bonne voie. En voyant ces récompenses qui ne manquent jamais d’accompagner nos actions, notre devoir n’est-il pas aussi clair que la lumière du soleil ? Comment donc ne pas être pénétré de respect et de crainte ?

Les anciens ont reçu du Ciel d’admirables préceptes destinés à l’instruction de l’empire. Et ces excellents discours, ces paroles exquises ne sont pas en petit nombre. Un seul ouvrage n’a pas paru suffisant. Et quoique le sens au fond soit toujours le même, la forme qu’on a su donner aux paroles est susceptible d’une inépuisable variété. Chargé par les décrets du Ciel de protéger et d’alimenter tous les pays de l’univers et voulant m’acquitter respectueusement de la tâche qui m’est imposée, j’ai fait de profondes méditations sur les leçons que les anciens ont donné au monde et sur les exhortations qu’ils ont faites pour encourager la vertu.

J’ai pensé que, pour eux, le plus grand de tous les plaisirs était de tendre à la perfection. J’ai donc rassemblé tout ce qu’il y avait d’essentiel dans tous les livres et j’en ai rédigé une collection sous le titre de discours propres à promouvoir la vertu. Dans cet ouvrage, je n’ai pas cru qu’il fût nécessaire de s’attacher exclusivement à l’éclat du style, mais à la solidité des pensées. En effet, pourvu qu’un ouvrage de ce genre soit également à la portée de l’habile homme et du simple, des grands et des petits, le but principal est rempli.

Que l’on médite donc profondément sur ces sujets qui sont la base de la morale; qu’on lise avec attention ces livres qui en présentent les règles; qu’on en fasse l’application à soi-même, et qu’un résumé de leur contenu vienne se placer dans notre cœur; que les bons s’en servent pour redoubler d’efforts et faire de nouveaux progrès dans la sincérité et dans la droiture; qu’ils obtiennent par-là le bonheur qu’ils méritent. Et quant à ceux qui, peu instruits des devoirs de la morale, sont restés jusqu’à ce moment dans les ténèbres et dans la corruption, qu’ils se hâtent de se corriger et de rentrer dans la bonne voie, s’ils veulent se préserver des malheurs qui les menacent.

Je me croirais indigne des bontés que le Ciel suprême a pour moi, comme pour les êtres vivants, si je ne mettais toute ma sollicitude à la conversion et à l’instruction de mes peuples. Que ces derniers emploient de leur côté tous leurs efforts pour en tirer des fruits heureux.

Cette préface a été écrite la douzième année Chun-tchi (1655), à la première lune, un jour heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Citation du mois